Blog

Petite histoire des cravates

113views

Drôle d’invention la cravate :ce petit bout de tissu né en France il y quelques centaines d’années, vraisemblablement sous le règne de Louis XIII. En effet, un régiment de hussards croates portait une écharpe blanche pour se protéger contre le froid, et la mode gagna rapidement la Cour de France. Ce régiment recevra de Louis XIV, en 1666, le nom de Royal Cravate, sans doute une déformation du mot « croate ».

Le port de la cravate homme se généralise en Europe au XVIIème siècle. À cette époque, la cravate est une large bande de coton ou lin, enroulée autour du cou et nouée sur le devant. Bien loin de la cravate fine et de la cravate fantaisie actuelle.

Un peu plus tard, débute l’époque des cravates personnalisées,agrémentées de rubans multicolores. Louis XIV accorda une telle importance à cet attribut vestimentaire, qu’il créa la fonction de « cravatier ».

Par la suite, plusieurs types de cravate et de nœuds de cravate se sont succédés ; le « Steinkerque » au nœud simple, le « stock » et ensuite le ruban noir qui entourait le cou et maintenait les cheveux derrière la tête. S’ensuit une cravate extravagante, nommée la « Garat » et la cravate « Régate », le véritable ancêtre de la cravate actuelle. La cravate moderne vit le jour à New York, en 1923, où elle fut taillée en trois parties par l’inventeur Langdorf, pour en simplifier l’usage. Elle n’a guère changé de coupe depuis près d’un siècle, bien que sa largeur se modifie considérablement au fil des décennies.

De nos jours, la cravate est dénuée de toute fonction, autre que décorative, si ce n’est la dissimulation des boutons de chemise. La cravate est un accessoire essentiel du costume pour les grandes occasionset peu de mariés franchissent le pas sans la cravate mariage. Il faut reconnaître que le port de cravates originales, que ce soit une cravate fantaisie, une cravate soie ou autre, égaye le sobre costume masculin.

Elle reste également un élément de la tenue règlementaire de certaines professions, au point que l’on peut considérer le costume cravate comme l’uniforme des cadres.Actuellement, les pays où la cravate est la plus portée sont le Japon, les États-Unis et la France. Toutefois, depuis les années 1980, certains estiment que la cravate est un accessoire démodé, trop sérieux, symbole de conformisme et de soumission. En réponse à ce sentiment, une pratique venue des États-Unis, autorise les cadres à ne pas porter la cravate le vendredi. C’est le Friday Wear, ou Casual Friday.

Pourtant, le port de la cravate n’est pas universel. Dans certains pays, porter une cravate est considérée comme un symbole de l’Occident et une agression contre l’Islam. Ainsi, la cravate a été bannie de l’Iran en 1979 suite à la révolution islamique.

Plus récemment, au Chili, en Amérique du Sud, le ministère de l’Énergie a lancé une campagne incitant le personnel de bureau à délaisser la cravate pendant les mois de l’été afin de limiter le recours à la climatisation. L’abandon des cravates pendant quelques semaines permettrait d’économiser 10 millions d’euros !

Leave a Response

LQWEB